L'armée israélienne fait feu sur Gaza le 4 janvier 2009.

Les habitants civils de Gaza victimes de l'offensive israélienne.

Photos © AFP et Reuters.

 
 
Le 14 octobre 1994, Itzhak Rabin, Shimon Peres, et Yasser Arafat recevaient un Prix Nobel de la Paix commun pour leur action en faveur de la paix au Proche-Orient.
La signature des accords Gaza-Jéricho (13 septembre 1993), qui accordait l'autonomie palestinienne aux deux territoires occupés, leur avait valu de remporter la plus grande des distinctions mondiales.
 
18 ans après, sous le regard impuissant des instances internationales (l’ONU ne parvenant même pas -à cause des USA- à se mettre d’accord sur une résolution d’appel quant à un cessez le feu immédiat), l’armée israélienne encercle en ce jour la ville de Gaza à la suite d’un conflit d’une semaine -sur la Bande du même nom- qui a déjà fait 500 morts dont la plupart sont des civils palestiniens.
 
Alors qu’Ehud Barak affirme que « l’offensive sera étendue autant que nécessaire », que pouvons-nous faire sinon participer à toutes les manifestations pacifistes qui vont probablement s’étendre elles aussi dans les jours à venir en espérant peser de notre faible poids (qui serait bien lourd si nous nous y mettions tous) sur l’issue de cette guerre honteuse que l’on déclare « sans fin » mais pour laquelle nous ne devons pas nous réfugier derrière la fatalité des mots alors que des enfants, des femmes et des hommes y voient leur vie brisée chaque jour depuis des décennies…